Courts-Bouillon

27 janvier 2017

Séance rattrapage MOPA

Séance rattrapage à la médiathèque Rousset

samedi 28 janvier 10h30

entrée libre

Courts métrage

rédaction de cet article par JOHN notre stagiaire 3ème

Les films de 5ème année

beyond the books 

De :Jérôme Battistelli, Mathilde Cartigny, Nicolas Evain, Maena Paillet, Robin Pelissier, Judith Wahler

Beyond The Books est un dessin animé qui ce situe dans une bibliothèque avec des millions de livres. Un jour le libraire va pour placer un de ces livres et les rangées de livre vont se percuter et détruire toute la bibliothèque. IL  restera dans la bibliothèque un enfant, le libraire et un technicien

Beyond-The-Book-3-560x300

 

Jubilé

De : Coralie Soudet, Charlotte Piogé, Marion Duvert, Marie El Kadiri, Agathe Marmion

Jubilé est un dessin animé qui ce situe au Royaume-Uni, la reine d’Angleterre va perdre son chapeau à cause du vent, son chapeau va parcourir Londres, une personne de la garde royale va parcourir Londres avec le chien de la reine

Jubile

jubile2

 

Sirocco

De : Romain Garcia, Kevin Tartinai, Thomas Lopez-Massy, Avril Hugo, Lauren Madec

Sirocco est un dessin animé en noir et blanc se passant en Sicile, l’histoire est une famille de mafieux qui se réunisse pour l’anniversaire du plus ancien d’entre eux, un sniper va se cacher sur un bateau de pêche en face de leur maison.

Sirocco_

Sirocco_still1-266x170

Gokurosama

De : Clémentine Frère, Aurore Gal, Yukiko Meignien, Anna Mertz, Robin Migliorelli, Romain Salvini

Gokurosama est un dessin animé qui se situe dans un centre commerciale au japon, le personnage principale est une jeune fille qui travaille dans un restaurant avec une vielle dame, la vielle dame va se coincer le dos la jeune va se faire aider par une mascotte pour amener la vielle dame chez le docteur. 

Gokurosama

Goku-still3-266x170

RESISTANCE

DE : Alex Chauvet, Anna Ledanois, Quentin Foulon, Juliette Jean, Julie Narat, Fabien Glasse

Dominé par un régime totalitaire insectes, le personnel d'un restaurant chic organise un complot visant à renverser l'ordre établi avec un serveur et une femme

Resistance

Résistance

MINOU

DE : Joy Jourdan, Mathilde Marion, Laura Trouche, Laura Feraud, Margaux Lanusse-Cazalé et Agathe Trébosc

Un chat trouve dans le jeu de la chasse au cafard une échappatoire à mort du cafard imposée par sa vieille maîtresse.

Minou (1)

The garden party

De : Florian Babikian, Vicent Bayoux, Victor Caire, Théophile Dufresne, Gabriel Grapperon, Lucas Navarro
the garden party est un dessin animé comique qui ce situe dans une villa habité par des grenouilles et des crapauds

 

Garden Party (1)

Très courts métrage

 Les films de 3ème année

Top départ

De :Camille Heng

Ce court métrage se situe dans un garage avec un enfant pour qu’il essai sa voiture.

mopa_camille_heng_top_depart (1)

Fuel

De : Camille Jalabert

Ce court métrage comique ce situe dans un garage avec 2 personnes qui essaient d’entré un moteur dans une voiture.

mopa_camille_jalabert_fuel

Electrocop

De : Corentin Yvergniaux

Electrocop est un policier qui crée une chorégraphie avec des son de sa voiture de fonction

mopa_corentin_yvergniaux_electrocop

Le progrès

De : Justine Mettler

Ce court métrage reflète un futur de flemmardise.

mopa_justine_mettler_le_progres

Voltige

De : Léo Brunel

2 mécaniciens vont faire un numéro de voltige avec une voiture.

mopa_leo_brunel_voltige

PitStop

De : Quentin Camus

Ce court métrage ce situe dans un circuit de course ave 2 escargots.

mopa_quentin_camus_pit_stop

Raven

De : Marjorie Grinda

Raven est un faux oiseau en métal.

mopa_marjorie_grinda_raven

FricFrac

De : Oscar Mallet

Fric frac est le court métrage d’un cambrioleur qui essaye de rentrer dans un garage pour voler une voiture mais dans ce garage le voleur sera surpris des pièges qui va se crée.

 

mopa_oscar_malet_fric_frac

Posté par Filmsdelta à 10:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


14 octobre 2011

et voilà, c'est fini !

Voilà … la 6ème édition de Courts-Bouillon s’est terminée samedi soir dans la vague jazzy du mix de musiques de films de Paul Kersey.

Cette journée de courts-métrages a été un moment de grand plaisir cinématographique en clôture de laquelle le fameux velouté Courts-Bouillon a été offert au public.

Un public de plus en plus nombreux : salles remplies à toutes les séances.

Des spectateurs de tous âges : de 3 à 77 ans !

Des spectateurs venus de Cavaillon, Arles, Paris, Avignon, Marseille, Carry, Aubagne, Rousset bien sûr ou Aix en Provence.

Par tous les moyens : en voiture, en train, en car ou en co-voiturage !

Courts-Bouillon c’est LE festival qui monte et qui offre toute la richesse du format court à ceux qui n’ont pas peur de venir jusqu’à Rousset !

 

Notons que ces coups de cœur ont suscité chez les spectateurs émotion et réflexion prouvant que exigence artistique et grand public peuvent rimer ensemble !

Cet engouement démontre également que l’essence de Courts-bouillon est partagé par le public : donner au format court la place qu’il mérite dans le 7ème art.

Le court métrage est un merveilleux espace de liberté de création, de liberté de ton et de liberté tout court.

Rendez-vous l'année prochaine !

30 septembre 2011

entretien avec Chloé Bury

Chloé Bury, réalisatrice de « Eleanor », vient de terminer la formation de Gobelins Ecole de l’image cette année.
Elle sera présente pour la rencontre à la suite de la séance spéciale animation Gobelins lors de Courts-Bouillon samedi 8 octobre.

 

-Pouvez-vous nous dire ce qui vous a donné envie de vous diriger vers la réalisation de film d’animation ?

J'aime beaucoup de formes d'expression : l'écriture, le théâtre, la musique, le dessin évidemment, et une foule d'activités créatives. Je voulais raconter des histoires, délivrer des messages, mais l'idée de privilégier une forme au détriment des autres me contrariait. Quand on y réfléchit, l'animation c'est un art très multiple et très complet, c'est d'ailleurs là toute la difficulté : le jeu d'acteur, la narration, le rythme, on y fait converger tous ses talents. Dès que je l'ai découverte, l'animation m'a paru être un choix naturel.

 

 

-Nous dire 3 mots sur votre parcours...

 

Après un bac général et une mise à niveau en arts appliqués, je suis d'abord passée par la 3D, avec le DMA d'animation de l'école Estienne, puis par la 2D traditionnelle avec Gobelins, et la 2D numérique via mes stages. J'ai donc ce profil polyvalent et très adaptable à mettre en avant, j'apprends très vite et j'aime varier.

 

 

-Votre film « Eleanor »

 

-Est-ce que vous pouvez nous dire ce qui a inspiré le sujet de votre film, d’une part dans la thématique ?

Eleanor, c'est presque une thèse de psychologie. Comment se sort-on de la solitude et de la dépression ? Qu'est-ce qu'un vrai ami peut faire ? La perte de ce qui nous est cher est-il quelque chose d'entièrement négatif ?

Certains films d'animation m'ont touchée au point de me permettre de surmonter des épreuves, de trouver des réponses et d'aller de l'avant. Ils peuvent se révéler littéralement thérapeutiques. J'ai toujours souhaité un jour pouvoir partager à mon tour un peu de ces petites mais précieuses fables de vie.

 

-et d’autre part dans l’esthétique, le graphisme ? Pouvez-vous nous citer des artistes qui vous ont inspiré ?

D'avantage que les inspirations artistiques, je pense que ces images, ces atmosphères viennent de mes souvenirs, d'impressions fortes de mon enfance. Je suis très "madeleine de Proust". J'ai toujours imaginé Eleanor dans ces teintes brunes vieillottes, j'ai même envisagé un moment de réaliser les décors en carton !

 

-Dans votre film, certains éléments sont énigmatiques, pouvez-vous nous dire quelle place vous avez donné au symbolique ?

Une place importante en effet. A l'instar des contes de fée, les films peuvent refléter des états, des situations que nous pouvons tous vivre intérieurement et leur résolution... tout en abordant le problème en douceur grâce à la symbolique de l'image et la poésie dont on l'habille.

Cela étant, les lectures sont multiples et je laisse le spectateur libre. Mais pour l'anecdote, je pense qu'on reconnaît facilement le clin d’œil à la célèbre chanson des Beatles !

 

-Souvent les films d’animation sont réalisés par des équipe de 3 et 6 étudiants, pour Eleanor, vous étiez seule à la réalisation, est-ce que cela était une volonté de travailler seule ?

Eleanor faisait partie de ces projets que j'ourdis en permanence dans un coin de ma tête et que j'ai à cœur de réaliser dès que j'en trouverai l'opportunité. Or l'opportunité de réaliser un film personnel dans les conditions privilégiées qu'une école telle que Gobelins peut permettre est rare. C'était ma dernière année en tant qu'étudiante pour en profiter. Alors "qui ne tente rien n'a rien", j'ai demandé cette dérogation à l'équipe enseignante et j'ai su les convaincre.

Il faut savoir que malgré tout je n'ai pas fait un travail solitaire, j'ai été très entourée et épaulée ! J'ai adoré les collaborations que j'ai vécues durant cette année et je ne saurais trop remercier toutes ces personnes sans qui le projet n'aurait été possible.

 

Gobelins, l’Ecole de l’image

-Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui voudraient entrer à l’école des Gobelins?

Ce n'est pas juste une question de technique. Le dessin est un pré-requis évidemment, mais ce qui fait la différence parmi les bons dessinateurs, c'est ce que chacun a à apporter individuellement, les étudiants de Gobelins ont tous leur petit truc bien à eux. Il faut beaucoup de caractère, une grande ouverture, et... beaucoup d'opiniâtreté !

 

 

 

Posté par Filmsdelta à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 septembre 2011

Courts-Bouillon 6

Bientot l'interview exclusive de Chloé Bury, réalisatrice du court-métrage d'animation Eleanor...
En ligne ICI la semaine prochaine

 

Courts - Bouillon
Un Jour - Des Courts - Le Meilleur

Samedi 8 octobre 2011 à Rousset

La journée Courts-Bouillon continue son voyage annuel à travers le format court avec 49 films  « coup de cœur » sélectionnés dans le paysage du court métrage international.

11 pays sont représentés à travers tous les genres cinématographiques avec des films aux partis pris artistiques forts, personnels, singuliers qui nous ouvrent différentes fenêtres sur le monde.

Cette année, une séance consacrée à éclairer le court-métrage d’animation en partenariat avec la prestigieuse Ecole des Gobelins. Cette séance spéciale présente 29 films sélectionnés parmi leurs meilleurs courts-métrages d’animation : des pépites d’invention, d’intelligence, réalisées avec une grande virtuosité. La projection sera suivie d’une rencontre avec un réalisateur tout droit sorti des Gobelins.

Une invitation à prolonger ce moment de cinéma vous est offerte en dégustant le « velouté Courts-Bouillon » et en savourant un mix de musiques de films concocté par DJ Paul Kersey.

AfficheCB6web

 

La Programmation

14h00 Séance 1

 

Cigarette Candy de Lauren Wolkstein // Etats-Unis // 2009 // 14'               
Le jeune soldat Eddie Van Buren est obligé de jouer le rôle du "héros" lors d'une petite fête organisée à l’occasion de son retour au pays.

 

Le Syndrome du Timide de Pierre-Axel Vuillaume-Prézeau // France // 2010 // 6'

Il apparaissait nécessaire d'offrir pour la première fois, et aux yeux de tous, une véritable étude du syndrome du Timide.

 

Notes on the other de Sergio Oksman // Espagne // 2009 // Documentaire // 13'

Une foule de sosies d’Hemingway afflue en Floride pour élire « l’Hemingway authentique ». En 1924, Hemingway lui-même avait désiré être un autre.

 

Aglaée de Rudi Rosenberg // France // 2010 // 20'

Dans la cour du collège, Benoît perd un pari contre ses copains. Son gage : proposer à Aglaée, une élève handicapée, de sortir avec lui.

 Aglaee

Aglaée


Vers le Nord de Youssef Chebbi // Tunisie // 2010 // 16'

En pleine nuit noire, sur une plage, Mehdi et Nito, deux passeurs de clandestins, s'apprêtent à conclure un deal avec une mafia albanaise.

 

Paris Shanghaï de Thomas Cailley // France // 2010 // 25'

Alors qu'il commence un périple de 20000 km à vélo, Manu croise la route de Victor, un adolescent perdu.


16h00 Séance spéciale animation           
> séance accessible à toute la famille          

Séance spéciale animation par la prestigieuse école des Gobelins qui forme depuis 30 ans les talents de demain. C'est le département Cinéma d'Animation, fondé en 1975 par Pierre Ayma, qui fit pour beaucoup la notoriété de l'établissement. Celui-ci a formé des animateurs qui ont trouvé leur place au sein de studios comme Disney, Universal, Pixar, Dreamworks ou Warner Bros.

Les  formations dispensées par les Gobelins à Paris et Annecy sont donc devenues des références dans le secteur du cinéma d'animation, aussi bien d’animation traditionnelle que d’animation numérique. Les courts-métrages réalisés par les étudiants durant leur scolarité remportent chaque année de nombreux prix dans les festivals internationaux.

Sélection de 60 minutes des meilleurs films des Gobelins :

JURANNESSIC, CHAPERON ROUGE, LE GOUTER, LA MIGRATION BIGOUDENN, LE BUILDING, BURNING SAFARI, BLIND SPOT, Après la pluie (After the rain)
COCOTTE MINUTE, PYRATS, For Sock's Sake, Le RUBAN, DODUDINDON, Le Phare, Jean-Luc, JUNK SPACE, Trois petits points, HELLO BROOKLYN
VESUVES, HO GEE, OH WHY, WHO'S AFRAID OF Mr GREEDY, GRAND CENTRAL, LES CHIENS ISOLES, JAZZ'IN, FUR,OKTAPODI, Eleanor

   

17h00 Rencontre avec Chloé Bury, réalisatrice de Eleanor issue de la dernière promotion des Gobelins

 


18h00 Séance 3


Los minutos, las horas de Janaina Marques // Cubas Brésil // 2009 // 11'

Yoli a toujours vécu avec sa mère, dans un quartier pauvre de La Havane. Un jour, un homme l'invite à un rendez-vous.

 

Suiker de Jeroen Annokkeé // Pays-Bas // 2010 // 8'

Klaasje, la voisine de Bert, sonne à sa porte, légèrement vêtue, pour lui emprunter un pot de sucre ...

 

The lost thing de Shaun Tan et Andrew Ruhemann // Australie //2010 // Animation // 15'

Un jeune garçon trouve une étrange créature sur la plage et décide de la ramener chez lui.

 

La Fille de l'homme de Manuel Schapira // France // 2010 // 10'

Un soir alors que son bébé est en pleur, un père décide de le sortir ...

 

L'accordeur d'Olivier Treiner // France // 2010 // 13'

Adrien s'est effondré psychologiquement après avoir échoué à un concours de renom et travaille désormais comme accordeur de piano.

 

Checkpoint de Ruben Amar // France // 2010 // 19'

Suleiman, un jeune palestinien de onze ans, vit dans un petit village de la bande de Gaza. Comme tous les mois, il accompagne son père sur les ruines d'un village détruit.

checkpoint-03 

 CheckPoint

 

Catharsis de Cédric Prevost // France // 2010 // 18'

Un aspirant réalisateur, rongé par le désir inassouvi de tourner, se réveille à l'intérieur d'un film.

 

CATHARSIS-2

 Catharsis 

 


19h40  Interlude musical 
par DJ Paul Kersey - Mix de musiques de films
Possibilité de se restaurer sur place.

 

20h30 Séance 4

 

Babel d'Hendrick Dusollier // France // 2010 // 15'

Depuis les montagnes célestes jusqu'au sommet des tours de Shanghai, deux jeunes paysans quittent leur village pour rejoindre la mégapole.

 babel

Babel

 

 

Y a basta ! de Gustave Kervern et Sébastien Rost // France // 2010 // 11'

Un  centre spécialisé va fermer ses portes. Des handicapés mentaux, aidés par leurs éducateurs, vont, dès lors, prendre leur destin en main !

 

Ya-basta

Ya Basta !


Le piano de Lévon Minasian // France Arménie // 2011 // 26'

Pour se préparer à un concours international, le Ministère de la Culture met à la disposition de Loussiné, petite orpheline un superbe piano.

 

Khouya de Yanis Koussim // Algérie // 2010 // 15'

Au sein d'un intérieur algérien ordinaire, le frère bat ses sœurs, la mère laisse faire.

 

El empleo de Santiago Bou Grasso // Argentine // 2008 // 6'

Un homme, en chemin vers le travail, est plongé dans un monde où l’utilisation de gens en tant qu’objets fait partie du quotidien.

 El_empleo

 El Empleo


Je pourrais être votre grand-mère de Bernard Tanguy // France // 2010 // 19'

Un jeune avocat d'affaires trouve que la vieille SDF roumaine en bas de chez lui ressemble à sa grand-mère. Une nuit, il lui fabrique une pancarte en carton.

je-pourrais-etre-votre-Grand-mere

 Je pourrais être votre grand-mère


Deux inconnus de Christopher Radclif et Lauren Wolkstein // France // 2011 // 16'

Un homme et un jeune adolescent marchent le long d'une route de campagne. Alors qu'ils s'invitent dans la piscine d'un motel isolé, ils sont pris au dépourvu par la jeune réceptionniste.



Mix de musiques de films : Paul Kersey, qui anime l’émission "Paul's Boutique" sur Radio Monaco. Velouté Courts-Bouillon offert après la séance.

 

Tarifs des projections
5 €  / Tarif normal
3 €   / Tarif réduit   (Etudiants, - de 18 ans, demandeurs d’emploi)
10 €  /  Passeport journée
Gratuit  / Etudiants en audiovisuel (sur présentation de la carte étudiant)

19 janvier 2011

On ne mourra pas d'Amel Kateb

on_ne_mourra_pas

  • Sélectionné au 5ème épisode de Courts-Bouillon en 2010
  • Grand Prix au festival Tous Courts 2010 d'Aix en Provence
  • Prix France Télévisions du Court 2011

Posté par Filmsdelta à 14:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 novembre 2010

Critique de Physique de plage par les éléves de 6°

physique_de_plage

 

Physique de plage, Edoardo de Angelis, Italie, 2008,

Comment maigrir en deux secondes ? Arrêter de respirer a des effets magiques... Un beau jeune homme arrive à la piscine dans l’intention de séduire la plus belle femme. Toutes les femmes sont à ses pieds mais une seule l’intéresse. Tous les deux se rejoignent dans une cabine où ils vont dévoiler leur vraie nature… Ce court-métrage se passe pratiquement de paroles, il est visuel. Ce film nous a rappelé La sorcière amoureuse de Bernard Friot (Histoires pressées) car le principe de l’histoire est le même : les personnages changent leur apparence physique afin de plaire. A la fin le secret de chacun est dévoilé mais les deux personnages se sont en fait bien trouvés. Cette histoire nous dit qu’il ne faut pas se fier aux apparences et qu’une belle apparence ne fait pas le bonheur. Or dans notre société on juge souvent les gens sur ce à quoi ils ressemblent plutôt que sur ce qu’ils sont. Parfois même au collège ça se passe comme ça. Dans la classe, certains ont regretté le manque d’action du film, d’autres ont apprécié le comique, l’humour et la chute. Tout le monde a trouvé le message juste et intéressant.

Article rédigé par les élèves de 6eme4 sous la direction de Mme Benedini.

Posté par Filmsdelta à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Critique de oranges, par les 6°et 4°

orange

Oranges, Maha Assal, 2009, Article rédigé par les élèves de 6°3 sous la direction de Mme Thomachot

Ce court –métrage réalisé par Maha Assal en 2009 dure 7 minutes et se déroule en Palestine, de nos jours. C’est un film muet dans lequel le personnage principal aime le jus d’orange mais attention ! pas n’importe lequel ! Il aime le jus d’oranges fraichement pressées. Il a repéré qu’un oranger couvert d’oranges bien mûres dépasse de la clôture de son voisin. Un matin, il cueille quelques oranges en partant travailler. Comme elles sont délicieuses, il répète l’opération plusieurs fois. De sa fenêtre, son vieux voisin l’observe l’air hostile. Chaque matin, après le passage du jeune homme, le propriétaire de l’arbre s’arrange pour qu’il ne revienne plus : il cueille les oranges accessibles, il coupe les branches… et finalement abat son arbre et jette les fruits sur le palier de son jeune voisin. Ce dernier ramasse les oranges pour en faire de la confiture. Il en donne un pot à l’homme grincheux. Est-ce que cela suffira à adoucir la relation ? Est-ce que le vieil homme goutera à la confiture ? Est-ce que la confiture est empoisonnée ?

Oranges, Maha Assal, 2009, élèves de 4°3 sous la direction de Mme Thomachot

Nous avons vu un court métrage palestinien, muet , réalisé par Maha Assal en 2009. Ce film montre la rivalité entre deux voisins qui ne se parlent pas. Le premier, un jeune homme, à pris l’habitude de cueillir les oranges qui sont à portée de sa main lorsque il passe le long de la maison voisine. Le deuxième, un homme plus âgé l’observe, sans jamais intervenir mais préparant sa vengeance. Tout doucement, le conflit s’installe entre les deux parties, l’agressivité monte en puissance jusqu’à ce que le propriétaire de l’oranger coupe son arbre et bombarde la porte du jeune homme avec les oranges restantes. Pour mettre fin à la montée des hostilités, le jeune homme prépare une confiture d’oranges, espérant apaiser la relation. Ce film reprend sous une forme imagée le conflit qui oppose encore aujourd’hui Palestiniens et Israéliens, invitant les uns et les autres à multiplier les gestes de paix.


Posté par Filmsdelta à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Critiques de Rubika par des élèves de 6°

Extract of Rubika ( Le laboratoire - Canal + ) from Ludovic HABAS on Vimeo.

Rubika est un film d’animation dans lequel une planète qui ressemble à la nôtre mais qui est en fait un rubik’s cube, change de gravité au rythme des changements de face. Le personnage central est pris au piège de la gravité et sa vie est une chute libre à travers différentes faces de la planète. Le personnage se promène et il est au bord du rubik’s cube. Il essaie de rattraper un personnage qui passe devant lui et il se fait entraîner sur une autre face. Il se retrouve dans une ville où il se déplace sur les murs alors que les autres se déplacent sur les trottoirs. Cette situation donne lieu à des événements comiques. Il est aspiré à travers un appartement, s’accroche à une nappe et finit par emporter le repas d’une personne. Il provoque le suicide accéléré de quelqu’un en emportant le tabouret de celui qui allait se pendre. Il saute sur une poubelle et roule à travers la ville. A ce moment-là le spectateur ne comprend pas pourquoi le personnage change de gravité. A la fin on voit le mouvement du rubik’s cube qui fait voisiner la ville avec le Pôle Nord. Puis on voit la Terre qui a la forme d’un rubik’s cube. Ce film nous dit qu’un humain ne peut pas s’adapter à un changement soudain et qu’il est difficile de s’habituer à une autre société ou un autre univers que le sien. La Terre est un casse tête et on se demande qui le manipule. Un dieu ? Un enfant ? Notre vie, notre planète ne sont-ils que jeu ? On a trouvé ce film compliqué et parfois trop rapide. Il faut dire qu’il est muet et repose donc entièrement sur le visuel. On a aimé les situations comiques et les animations.

Article rédigé par les élèves de 6eme5 sous la direction de Mme Benedini

Posté par Filmsdelta à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Critique de Babioles , par les élèves de 6° du college de Rousset

Babioles, de Matray, France, 2009

L’action se passe dans une déchetterie : un drôle de petit lapin en plastique émerge des ordures. Il essaie de se faire remarquer par l’un des éboueurs mais ce dernier l’ignore. Une figurine de petit indien de la même sorte apparaît et sauve le lapin. Les deux personnages quittent la décharge à bord d’une benne à ordures et se retrouvent en centre ville. Fascinés par les humains, ils tentent à nouveau de se faire adopter mais échouent : personne ne se préoccupe d’eux et, par une suite de situation embarrassantes, ils se retrouvent au point de départ, la déchetterie. Ce très court métrage d’animation français a été sélectionné dans de nombreux festivals et va donner lieu à une série visible sur You-tube. Il est sans paroles : il repose sur des bruitages, notamment le couinement du petit lapin. Les images créent un parallèle entre l’univers de la décharge et celui de la ville : dans ces deux environnements, les petites créatures restent étrangères et quasiment invisibles. Nous avons bien aimé l’aspect comique de ce film car Petit lapin est marrant et il affronte des situations cocasses. Par exemple, lorsqu’il essaie de monter dans le camion, il s’écrase sur le marche pieds ou bien, à son arrivée en ville, il atterrit deux fois dans une crotte. Il n’a vraiment pas de chance : dans la déchetterie, il s’empale une oreille dans l’aiguille d’une seringue ! Nous avons apprécié ce personnage très touchant : on aurait envie de l’adopter. Il lève sans arrêt les bras en produisant un petit bruit dans le but d’attirer l’ attention sur lui mais les humains restent indifférents. Son ami Petit indien est également mignon. Le message de ce film est que les hommes ne veulent voir que ce qui les intéresse et méprisent ce qui est petit et différent. Pourtant, quand les babioles s’animent, elles ont des émotions !

Article rédigé par les élèves de 6eme2 sous la direction de Mme Reynaud

Posté par Filmsdelta à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Critique de "Grand-mère gonflable" par les élèves de 6° du collège de Rousset.

 

Grand-mère gonflable, de Telmo Esnal Ilarramendi, Espagne, 2009

C’est l’histoire d’une famille espagnole qui part en vacances en camping. Ils emportent avec eux une mystérieuse boite rouge qui semble importante ainsi que leurs trois jeunes enfants très agités. Dès que les enfants sont trop turbulents, le père sort de la boite rose un mannequin qu’il gonfle et qui se transforme en grand-mère idéale et emmène les trois marmots à la piscine. Les parents restent tranquilles. Mais le soir, lorsque la grand-mère, après avoir couché les enfants, se met à discuter avec les parents, ils sont agacés et souhaitent la voir disparaître : ils la dégonflent … Le lendemain, ils se rendent compte que la grand-mère gonflable est crevée. Elle finit à la poubelle et, à la demande générale, le père part racheter un nouveau modèle dans un supermarché ! Ce film était en version originale et il était difficile de lire les sous-titres tout en suivant l’histoire. De plus, nous avons trouvé qu’il manquait d’action, surtout au début lors des préparatifs de départ puis lors de l’installation au camping : il ne se passait pas grand-chose. Enfin, une « grand-mère gonflable » n’existe pas : ce film n’est pas très réaliste ! Par contre, il y a des passages drôles comme quand le plus jeune fils veut faire pipi au milieu des embouteillages ou quand le fils aîné envoie son ballon dans la figure de son père et sur le camping-car du voisin.

Le film donne également une leçon de vie et nous interroge sur la place des personnes âgées dans notre société. Nos grands-mères sont précieuses, elles méritent l’amour et le respect et ne sont surtout pas des produits de supermarché !

Article rédigé par les élèves de 6°1 sous la direction de Mme Reynaud

 

Posté par Filmsdelta à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,